La République de Panamá connaît de multiples transitions de nature technologique, économique, sociale et culturelle, dans lesquelles la participation de la société civile est considérée comme vitale. Cela concerne en particulier l'élaboration et la mise en œuvre des politiques environnementales.

Le 9 Décembre 2009 à Panama City, l’Autorité national environnementale (ANAM), avec le soutien de l'UNITAR, a organisé un Atelier national de planification qui a débuté un projet d'un an intitulé « Élaboration d'un Profil national et Plan d'action de mise en œuvre du Principe 10 de la Déclaration de Rio». Le Principe 10 a été adopté lors du Sommet de Rio en 1992 et vise à renforcer la participation des parties prenantes à la prise de décisions grâce à trois piliers principaux: l'accès à l'information, la participation du public et l'accès à la justice. Pendant l'atelier, quelque 45 participants provenant de divers groupes gouvernementaux, du secteur privé et des groupes d'intérêt public, ont mis au point un plan de travail pour le projet qui vise à renforcer la gouvernance environnementale participative.

L'atelier a été ouvert par Mme Mélanie Castillo, Administrateur secrétaire-adjoint de l'ANAM, qui a souligné « la nécessité de renforcer l'accès à l'information environnementale et l'éducation environnementale, des éléments considérées comme essentielles pour l’exercice par les citoyens de leurs droits et devoirs ». Mme Gladys Vallester, Coordonnateur national de projet et Directeur de la culture environnementale de l'ANAM a souligné la nécessité de « renforcer les mécanismes de communication entre l'État et la société civile pour faire face, de manière responsable et efficace, aux problèmes environnementaux auquel le pays est confronté ».

Bien que le Panama possède une législation environnementale détaillée qui permette une importante participation et consultation du public par le gouvernement, en pratique l’accès à l'information et la participation du public au processus décisionnel en matière environnementale est confrontée à des défis. Le projet examinera la situation nationale et la mise en œuvre par le Panamá des règlements environnementaux liées à la gouvernance environnementale participative.

En tant que contribution au développement des capacités pour améliorer l'accès à l'information et renforcer la participation du public au processus décisionnel environnemental en Amérique centrale, l'UNITAR apporte un soutien aux pays en Amérique centrale en 2009-2010, avec un financement par le gouvernement de l'Espagne. Les pays concernés sont le Costa Rica, la République dominicaine, El Salvador, le Honduras, le Nicaragua et le Panamá. Les projets ont pour objectif de catalyser un processus multi-parties prenantes pour évaluer les capacités existantes aux niveaux national et local et identifier des opportunités pour le développement ciblé des capacités dans le domaine de la gouvernance environnementale participative.

Le projet est coordonné par l'Autorité nationale environnementale (ANAM), de la République du Panamá, en collaboration avec divers secteurs gouvernementaux et de groupes d'intervenants.

Pour plus d’information, veuillez s’il vous plaît contacter le point focal national du projet M. Abel Barrias (abel.barria@anam.gob.pa) ou visiter : http://www.unitar.org/egp/fr/prinicipe-10-panama.

Contacter le Programme de Gouvernance Environnementale: envgov@unitar.org