L’UNITAR initie les diplomates algériens aux défis de la médiation politique

Mai 2014, Alger, République algérienne démocratique et populaire. C’est dans le cadre du partenariat de trois ans avec l’Institut diplomatique et des relations internationales du Ministère des Affaires étrangères d’Algérie que l’UNITAR a organisé un atelier de formation de trois jours portant sur la médiation politique.

 

Alors que la scène internationale bouillonne de conflits qui sont de plus en plus souvent internes aux États, la médiation se fait ressentir comme le vecteur par excellence capable de faciliter les interactions en vue de reconstruire la paix. Agir de façon efficace dans les négociations locales, régionales ou internationales en temps de crise exige notamment des médiateurs qu’ils aient une connaissance approfondie des paramètres et frictions qui font le contexte de la crise. Partant de l’analyse de cas concrets, cet atelier a permis d’offrir aux participants les ressources leur permettant de réfléchir aux dilemmes, aux défis et aux limites de la médiation politique avant de s’attacher à l’application des outils théoriques et pratiques acquis.

Modérée par le Professeur Alain Sigg, la première partie de cet atelier de formation a analysé plusieurs exemples de médiation politique pour servir l’appréciation des tendances connues par le grand public, mais aussi ses mécanismes. Centrée principalement sur les cas de l’Afrique du Sud, de la Bosnie-Herzégovine et de la République démocratique du Congo, cette première partie s’est attachée à pointer du doigt les dilemmes éthiques de la médiation politique  ainsi que sur ses défis et limites. En incluant les vues et expériences des participants, cette session a permis de développer une vision holistique de la médiation. La seconde partie de cet atelier, animée par Mme. Sandra Coulibaly Leroy a essentiellement porté sur la mise en pratique des outils précédemment acquis. Au cours d’un exercice de simulation grandeur nature, les participants ont été invités à établir une grille d’analyse du conflit fictif en question ; à élaborer à partir de cette analyse une stratégie de négociation prenant en compte les intérêts de chacune des partie ainsi que la « meilleure alternative » pour un accord agréé et à simuler l’atteinte de cet accord en incluant les rôles de négociateur et de médiateur.

Les participants ont salué le « haut niveau de communication en public et d’ouverture d’esprit dans les discussions et questionnements » au cours de cet atelier haut en interaction. La quasi-totalité des participants a tenu à souligner qu’ils réutiliseraient les outils acquis au cours de cette formation dans le cadre de leur activité professionnelle, objectif qui se trouve au centre du partenariat de trois ans entre l’IDRI et l’UNITAR.