CERN, UNITAR and Geneva University support the European Year of Volunteering with citizen cyberscience8 août 2011, Genève (Suisse). Les chercheurs du CERN ont commencé aujourd'hui les essais grandeur nature de la nouvelle version du très populaire projet d'informatique participative LHC@home. Cette nouvelle version permet à des volontaires de participer pour la première fois à la simulation de collisions de protons à haute énergie au sein du Grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN. Les volontaires pourront ainsi aider activement les physiciens dans leur recherche de nouvelles particules fondamentales. Il s’agit là d’un exemple parmi toute une série de projets et d’événements organisés par le Centre citoyen de cyberscience, un partenariat entre le CERN, le programme pour les applications spatiales opérationnelles (UNOSAT) de l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) et l’Université de Genève, destiné à promouvoir la science participative.

D’autres projets lancés par le Centre citoyen de cyberscience s’attachent à encourager, à des fins humanitaires, la science participative dans les pays en développement. C’est ainsi qu’a été lancé le projet « Des calculs pour de l'eau potable », avec la collaboration de l’Université Tsinghua de Beijing et du programme de la société IBM, World Community Grid tIl s’agit de permettre aux chercheurs de travailler à la conception de filtres à eau efficaces et à bas coût, en utilisant la puissance de superordinateur du World Community Grid. Un autre projet humanitaire, soutenu par HP, offre aux volontaires la possibilité d’aider UNOSAT à améliorer l’évaluation de dommages dans les pays en développement touchés par des catastrophes, qu’elles soient naturelles ou provoquées par l’homme.

Grâce au soutien de la Fondation Shuttleworth , basée en Afrique du Sud et partenaire fondateur du centre, des conférences et des ateliers de formation ont pu se tenir cette année à Beijing, Taipei, Mumbai, Bangalore, Chennai, Maurice, Brasilia, Rio de Janeiro et Sao Paulo. Cela permet de faire davantage connaître la cyberscience citoyenne dans les pays en développement et d'y favoriser la création de nouveaux projets.

Pour Sergio Bertolucci, directeur de la recherche et de l’informatique au CERN: La cyberscience offre au grand public, à travers LHC@home, une formidable occasion de s’investir dans les sciences, mais elle est surtout précieuse pour les chercheurs des pays en développement, limités en ressources informatiques et humaines. Les volontaires en ligne peuvent accroître très considérablement les ressources disponibles pour la recherche, pour un coût très faible. Nous souhaitons encourager cette tendance par l’intermédiaire du Centre citoyen de cyberscience.”.

Du point de vue de l’action humanitaire et de l’aide au développement, le potentiel de cette démarche de contribution citoyenne à la recherche est immense”, explique Francesco Pisano, responsable du programme UNOSAT. "Notre participation au Centre citoyen de cyberscience nous permet d’être davantage à la pointe des technologies de crowdsourcing. Les volontaires jouent indéniablement un rôle de plus en plus central dans la gestion de crise, grâce à internet..”

La cyberscience citoyenne est un mouvement populaire qui prouve que la science n’est pas réservée aux professionnels”, souligne Pierre Spierer, vice-recteur en charge de la recherche de l’Université de Genève. “Avec les outils et les incitations appropriés, et un peu de formation en ligne, des millions de volontaires enthousiastes peuvent véritablement prendre part à des découvertes scientifiques majeures..”

Helen Turvey, directrice de la Fondation Shuttleworth, est du même avis: “Il est temps de véritablement mettre la science "ouverte" à l’ordre du jour, non seulement en Europe, mais aussi en Afrique et dans d’autres régions en développement. L’ouverture, en matière de recherche financée par des fonds publics, est bénéfique aussi bien pour les chercheurs que pour les citoyens. On ne saurait davantage faire preuve d’ouverture qu’en invitant les citoyens à participer activement au processus scientifique. C’est très stimulant de voir comment le Centre citoyen de cyberscience repousse les limites sociales et technologiques pour suivre cette orientation.

Pour plus d'informations, consulter la page suivante: www.citizencyberscience.net  

Pour plus d’informations sur LHC@home 2.0, consulter la page suivante: www.cern.ch/LHCathome/Physics