Les Philippines font face à un cyclone destructeur, tandis que l’UNOSAT se mobilise pour fournir une analyse des retombées

space charter logoSelon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), le typhon Megi (appelé « Juan » aux Philippines), de catégorie 5, a atteint la région de Cagayan le 18 octobre 2010 et a provoqué des vents violents d’une vitesse de 225 km/h, avec des rafales allant jusqu’à 260 km/h. Des rapports sur les coulées de boue et de terre localisées ont également été reçus entre le 19 et le 20 octobre. Au total, 39’847 familles dans 99 municipalités et neuf villes seraient touchées, d’après des sources locales.

Ces chiffres vont certainement augmenter, au fur et à mesure que l’évaluation locale des dégâts avance. Le 19 octobre déjà, des missions de reconnaissance en hélicoptère, qui avaient été planifiées par le gouvernement, ont dû être annulées en raison des mauvaises conditions météorologiques. C’est aussi à cause de ces difficultés que le BCAH a demandé à l’UNOSAT de recourir à ses services de cartographie pour les régions touchées, y compris à l’activation de la Charte internationale Espace et catastrophes majeures.

Très efficace, cette Charte utilise l’imagerie satellitaire en temps réel, qui est ensuite traitée par les experts de l’UNOSAT afin qu’ils puissent obtenir des informations pertinentes pour la coordination et l’évaluation sur le terrain. Elle a été activée le 20 octobre, dans l’après-midi, et son Secrétariat exécutif a désigné l’UNITAR/UNOSAT comme entités chargées d’assurer la gestion du projet « Activation de la Charte 336 ».

L’UNOSAT et le Bureau des affaires spatiales des Nations Unies collaborent activement en vue de maximiser le potentiel inhérent à l’utilisation de ces ressources satellitaires et à leurs applications, potentiel dont pourraient bénéficier toutes les personnes concernées par les solutions apportées pour gérer cette crise. La recherche d’une telle synergie pourrait se traduire par une répartition plus efficace des gestionnaires de catastrophes aux Philippines au moyen du portail web d’informations UN-SPIDER, activé par les analystes d’UNOSAT Genève. Ainsi, les lacunes relatives à la gestion de l’information, qui ont été abordées pour la première fois il y a quelques années dans les recommandations de la troisième Conférence des Nations Unies sur l'exploration et les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique (UNISPACE III), pourront être comblées.