Pour promouvoir le développement durable, soyons connectés !

4 Mai 2012, New York, Etats Unis — Le bureau de l'UNITAR à New York a organisé un atelier d'une demi-journée intitulé  «Connectedness and Sustainability» (Connexions et durabilité) dans le cadre de la préparation du Forum de Rio et parallèlement à la «Campagne  pour l’énergie digitale et pour des solutions durables» (DESSC pour l’acronyme en anglais). L’atelier a mis en lumière le potentiel des médias sociaux et des technologies de l’information et de la communication (TIC) comme facteurs de changement en faveur du développement durable et comme instruments de sensibilisation pour une meilleure prise de conscience des questions liées à la durabilité. L’atelier a aussi permis de mettre en lumière les défis posés par les TIC et les médias sociaux, plus particulièrement dans les pays moins développés ou en développement, en termes d’infrastructure et de renforcement des capacités dans ces technologies.

Participants are connectedM. David Post, modérateur du premier panel de discussion et directeur chez IBM de l’offre mondiale de services aux entreprises en matière de stratégie et d’innovation, a souligné qu’il est important de trouver des mécanismes pour transposer en actions concrètes, dans le monde physique, l’engagement manifesté au niveau virtuel. Mademoiselle Nancy Grove, personne de référence pour les médias sociaux au sein du Département de l’information publique des Nations Unies (DIP), a présenté à titre d’exemple les activités de ce département visant à augmenter, dans le cadre de la campagne « the Future we want » (Le futur que nous voulons),  l’impact des conversations virtuelles publiées sur les différentes plateformes de médias sociaux au sein des Nations Unies.  Mademoiselle Emily Ross, qui gère quant à elle les initiatives spéciales auprès de la Fondation des Nations Unies, a relevé les avantages à trouver de bons partenariats pour augmenter l’audience des campagnes en ligne, citant l’exemple de la collaboration avec le groupe de rock Linkin Park pour soutenir l’initiative des Nations Unies et de sa Fondation intitulée «Sustainable energy for all» (De l’énergie durable pour tous). M. Laurent Besançon, du département des TIC à la Banque mondiale, a présenté les conclusions d’expériences visant à établir une cartographie des liens communautaires à travers la création de plateformes de médias sociaux. L’initiative visait à permettre aux bénéficiaires locaux de projets de développement à Dandale, en Tanzanie, d’utiliser les médias sociaux comme des «porte-parole». «L’utilisation de la technologie dans le domaine du développement révolutionne la façon dont les gens accèdent aux services», a-t-il conclu. M. Ashok Kamal, co-fondateur et PDG de Bennu Inc., a finalement partagé sa vision de la psychologie du jeu mise en œuvre dans de nombreuses activités ludiques proposées pour promouvoir le concept de durabilité dans les médias sociaux.
 

Round table - participants to connectedness workshopLe second panel s’est concentré sur les TIC,  le monde des affaires et les Nations Unies: «Coopérer pour promouvoir les TICs en faveur du développement durable». Le modérateur de cette session, M. Stephen Harper, directeur au niveau mondial des politiques d’environnement et d’énergie pour Intel, a expliqué la différence entre, d’une part, le fait de «rendre les TIC plus verts» en augmentant l’efficience énergétique des machines et des infrastructures des TIC et, d’autre part, «verdir le monde grâce aux TIC» en se servant de ces technologies pour rendre les processus économiques «plus verts», par exemple grâce aux réseaux intelligents. M. Robert Kirkpatrick, directeur de l’initiative «Global Pulse» des Nations Unies, a amené à réfléchir à l’impact que peut avoir l’exploitation des données massives («big data») sur le développement. Il a relevé une corrélation permettant de prédire, à partir de la baisse d’utilisation de la téléphonie mobile, un accroissement du stress financier subi par les populations des pays en développement. M. John Tuccillo, de Schneider Electric, a relevé combien il est important de mener des actions de sensibilisation sur le  potentiel d’économie lié à  une meilleure efficience énergétique. Mme Kathrin Winkler, du programme de développement durable d’EMC, a discuté des défis posés par les déchets électroniques et des opportunités offertes par le stockage de grandes quantités de données dans le «cloud»  pour renforcer la résistance des services gouvernementaux. Plus généralement, M. Nate Hurst, Directeur de la politique environnementale et énergétique pour HP, a mis l’accent sur le rôle joué par  la technologie auprès des gouvernements pour les amener à innover dans le domaine de l’économie et de l’aide sociale. Il a expliqué comment HP procure des avantages à ses employés dans les pays en développement les incitant à se « connecter » à des ONG. 

Dans l'ensemble, les participants des Etats membres, de la société civile ainsi que du système des Nations Unies ont beaucoup apprécié cet échange d’idées sur les médias sociaux et les TIC dans le domaine du développement durable, et ils se sont engagés dans des discussions animées.  
 
Vous trouverez plus d’informations sur le sujet en vous rendant sur cette page (en anglais): www.unitar.org/ny/node/220
 
(Photos: UNITAR)