Réunie à Washington DC dans le cadre d’un « mapathon », la communauté des cartographes tente de combler le manque de données géographiques sur le Sud-Soudan

28 avril 2011, Washington DC – Suite au référendum historique du Sud-Soudan, Google et la Banque mondiale ont organisé, avec le soutien du Programme opérationnel pour les applications satellitaires de l'UNITAR (UNOSAT), un évènement dont la finalité était de venir en aide à cette région, en passe de devenir la plus jeune nation indépendante du monde, en exploitant le potentiel de la cartographie. Quoique très vaste, le Sud-Soudan est très peu cartographié, et ce manque d’informations géo-spatiales de base donne du fil à retordre aux autorités, à la société civile et aux partenaires du développement dans leurs tâches d’évaluation des besoins et de planification des opérations de développement. Le « mapathon », qui a duré une journée entière, s’inscrit dans le cadre du partenariat entre UNOSAT, la Banque mondiale et Google, et cherche à maximiser le potentiel non seulement de la cartographie, mais aussi des informations géo-spatiales et de l’externalisation ouverte.

Tenu à Washington, l’évènement a marqué le début d’une collaboration visant à cartographier d’importants emplacements au Sud-Soudan et bénéficiant du soutien du peuple soudanais lui-même, en particulier de la communauté soudanaise résidant à l’étranger. Une centaine de Soudanais habitant dans le district de Columbia se sont inscrits pour participer à l’évènement, qui s’est déroulé dans le bâtiment de la Banque mondiale.

Dans son discours d’introduction, Madame Ezekweseli, vice-présidente de la Banque mondiale pour la Région Afrique, a déclaré que « c’est l’un des évènements les plus observés au sein de la Banque ». Elle a en outre remercié l’UNITAR d’avoir contribué, à travers le Programme UNOSAT, aux efforts de la Banque dans la conception de nouvelles solutions.

Alfred Spector, vice-président du service ingénierie de Google, a également exprimé sa gratitude à l’égard d’UNOSAT pour le rôle que le Programme a joué dans le cadre du partenariat et pour les efforts qu’il a fournis au Soudan depuis la mise en route de la campagne de surveillance, survenue au cours des premières étapes du référendum. France Lamy, gestionnaire de programme chez Google.org, a ajouté que Google nourrit l’espoir que « cet évènement, de même que d’autres évènements à venir, contribuera à l’édification d’une communauté de cartographes qui, au cours des années à venir, profitera à l’expertise locale, continuera d’être active au Soudan et deviendra auto-suffisante ».

Au début de l’évènement, Monsieur Francesco Pisano, directeur d’UNOSAT, a expliqué qu’UNOSAT a renforcé les liens qu’elle avait tissés avec les communautés d’externalisation ouverte, dont MapMaker, parce que celles-ci sont à même de fournir des données de référence et de mobiliser les sources locales en vue d’obtenir des renseignements précis.

L’acquisition de ces informations constitue une aide non négligeable pour les analystes ; en effet, ces derniers peuvent ainsi diminuer le temps de production et parvenir plus rapidement à des résultats plus précis, qui leur permettront de soutenir les opérations humanitaires et liées à la sécurité humaine. Le directeur du Programme a donné l’exemple de la réaction face aux récentes inondations au Pakistan : selon lui, l’engagement, à travers MapMaker, des Pakistanais vivant au Pakistan ou à l’étranger « a fait toute la différence » à l’égard du travail d’UNOSAT.

Il a en outre souligné qu’UNOSAT travaille avec toutes les initiatives d’externalisation ouverte et que c’est le partenariat que le Programme a établi avec Google qui a fourni, aussi bien au Programme lui-même qu’aux autres entités onusiennes, un cadre plus structuré leur permettant de bénéficier de ces nouveaux outils.

UNOSAT espère que la participation de cartographes locaux à la production de données géographiques sur le Soudan pourra bientôt être renouvelée dans d’autres régions touchées par des crises ou teintées d’une certaine vulnérabilité face aux catastrophes naturelles. Par ailleurs, le Dispositif mondial de réduction des effets des catastrophes et de relèvement (GFDRR) et UNOSAT se penchent aujourd’hui sur la manière d’élargir leur collaboration, qui porte actuellement sur l’évaluation des dommages, à d’autres domaines tels que la réduction des risques et la préparation aux catastrophes.

Organisateurs

L’évènement a été organisé par Google Map Maker, Google Crisis Response, Google Dot Org, l'Institut de la Banque Mondiale (WBI), le Dispositif mondial de réduction des effets des catastrophes et de relèvement (GFDRR), et UNITAR/UNOSAT.

Participants

Membres de la communauté soudanaise et autres personnes disposant de connaissances géographiques actuelles du pays. Leur rôle était de contribuer aux travaux de cartographie en se fondant sur lesdites connaissances.

Liste des régions que la communauté sud-soudanaise a identifiées comme étant importantes : Yei, Loka, Mundri, Yambio, Renk, Kapoeta, Torit, Nasir, Rumbek, Yirol, Maridi, Shambe, Chief Jambo, Gogrial.

Photos: (1) Madame Ezekweseli, vice-présidente de la Banque mondiale pour la Région Afrique, lors de la cérémonie d’ouverture du 28 avril; (2) Monsieur Francesco Pisano, directeur d’UNOSAT, donnant un exemple d’obtention de bons résultats au moyen du partenariat entre UNOSAT et Google, établi en 2010.