Un dilemme humanitaire : protéger les civils et promouvoir la justice

Résumé

30 octobre 2007, Siège de l’Organisation des Nations Unies

Résumé

30 octobre 2007, Siège de l’Organisation des Nations Unies

L’action humanitaire visant à aider et protéger des civils se trouve de plus en plus en butte à la complexité croissante des situations de conflit et des réactions qu’elles suscitent. Les poursuites pénales internationales leur ajoutent une dimension supplémentaire :

Le régime que l’on voit se mettre en place visant à promouvoir la justice et la responsabilisation, et à mettre fin à l’impunité pour des crimes à l’encontre de civils, poursuit le même objectif à long terme – protéger les civils. Mais la coopération d’humanitaires à des poursuites pénales peut être difficile à concilier avec la nécessité pour eux d’être perçus comme neutres et de se préserver accès et coopération.

Les intervenants de ce débat éclaireront ces difficultés et suggèreront des moyens par lesquels les organisations humanitaires et les instances de justice internationale peuvent arriver à concilier leurs mandats respectifs et à obtenir des effets de synergie dans l’intérêt des victimes.

À télécharger :

Rapport succinct  (pdf) sur les débats
Note d’information (pdf) sur l’organisation de la réunion
Programme (pdf) de la réunion

Objectifs

La réunion a pour objet :

  • De sensibiliser aux difficultés qu’entraînent les poursuites pénales internationales pour ce qui est de la protection de l’espace humanitaire et des mandats humanitaires ;
  • D’informer les participants du cadre juridique régissant la coopération des humanitaires avec les instances de justice pénale internationale, tout particulièrement la Cour pénale internationale (CPI) ;
  • De présenter les options (réactions, politiques) qui s’offrent aux organisations humanitaires, appartenant ou non au système des Nations Unies ;
  • D’explorer les synergies éventuelles entre humanitaires et tribunaux pénaux internationaux.

 

Renseignements complémentaires

La réunion est destinée aux membres des missions permanentes  accréditées auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York, ainsi qu’aux représentants d’autres entités des Nations Unies, d’organisations internationales, et de la société civile qui ont à connaître des problèmes débattus ou s’y intéressent.

La langue de travail sera l’anglais.

Contact: Sarah Rosengaertner

Documents connexes:

Humanitarian organizations and international criminal tribunals
[Organisations humanitaires et tribunaux pénaux internationaux]

How far can humanitarian organizations control co-operation with intl tribunals?
[Dans quelle mesure les organisations humanitaires peuvent-elles contrôler la coopération avec les tribunaux internationaux ?]

Non-governmental organizations and the International Criminal Court
[Les organisations non gouvernementales et la Cour pénale internationale]