Maintien de la paix civil non armé

Le maintien de la paix civil non armé: une solution d'avenir?
Briefing et dialogue à la veille de la Journée Internationale de la Paix 2012


Co-organisè par

Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche
Nonviolent Peace Force
Institut de Réponse Humanitaire aux Conflits de l’Université de Manchester

Avec le soutien de

Mission permanente de la Belgique
Mission permanente de la République du Bénin
Mission permanente de la République du Costa Rica
Mission permanente des Philippines

Jeudi, 20 septembre 2012, 1230 - 1500 
Salle XVI, Palais des Nations - Genève 

Contexte

1,5 milliard de personnesvivent actuellement dans des pays touchés par des conflits violents. En outre, la grande majorité des victimes des conflits armés sont des civils et non pas des combattants.

Le caractère politique, la complexité, les dynamiques, et le coût du déploiement de forces de maintien de la paix ont contribué à la contestation de la doctrine des Nations Unies. Plus que jamais, les Casques Bleus de l'ONU sont appelés à mettre en œuvre des activités complexes et à haut risque, tels que la protection des civils, et à effectuer des tâches qui demandent des compétences variées, telles que le soutien à l'aide humanitaire et la consolidation de la paix. Cette transformation a des ramifications opérationnelles, budgétaires et institutionnelles importantes - et contestées.

Etant donné que les mandats des missions de maintien de la paix deviennent de plus en plus complexes,les besoins en personnels civils qualifiés ont aussi augmentés. Des rapports récents suggèrent que le nombre de civils affectés aux opérations de paix multilatérales apresque doublé au cours des dernières années. Cette croissance importante a encouragé l'ONU à repenser la façon dont elle identifie, recrute, forme et déploie les experts civils pour les missions de maintien de la paix.

Pourtant, malgré les efforts importants consentis par l'ONU ces dernières années pour adapter ses cadres conceptuels et opérationnels à cette nouvelle réalité, de véritables défis demeurent pour assurer le déploiement rapide du personnel militaire et civil compétent. Par conséquent, il est nécessaire d’adapter les dispositions institutionnelles actuelles et de repenser les opérations de maintien de la paix afin de les équiper avec une dimension civile plus robuste et agile.

La Revue des Capacités Civiles (Civilian Capacities Review) apermis de déterminer comment l'ONU et la communauté internationale peuvent mettre en place un groupe plus important d'experts civils pour répondre aux besoins immédiats de renforcement des capacités des pays sortant d'un conflit. Pourtant, la Revue n'a porté ni sur le déploiement de civils, à la fois locaux et internationaux, à un stade antérieur afin de fournir une protection non armée et directe aux civils ni sur ​​la façon dont les ONG jouant ce rôle peuvent être soutenu par des arrangements institutionnels adéquats.

À cet égard, l'expérience des organisations non gouvernementales (ONG) en matière de protection non armée des civils peut offrir des leçons pour le maintien de la paix. Au cours des dernières décennies, diverses ONG ont systématiquement développé et utilisé des méthodes novatrices pour assurer le maintien de la paix. On peut faire valoir que le travail de ces ONG dans le domaine de la protection non armée des civils est beaucoup plus vaste que la définition du maintien de la paix adoptée par le Département des Opérations de Maintien de la Paix. Ces méthodes de protection civile directe et de prévention de la violence incluent la présence proactive dans les situations – potentiellement – explosives sans avoir recours a l’usage de la force grâce à l'accompagnement protecteur des personnes vulnérables; des mécanismes communautaire d'alerte précoce et de réponse; des techniques de gestion des rumeurs ou de médiation. Grâce à leurs contacts étroits avec les communautés locales ainsi que la protection et la formation qu'elles dispensent, ces ONG peuvent parfois fonctionner comme multiplicateur de force pour les casques bleus de l'ONU.

Objectif du briefing et dialogue 

LaJournée Internationale de la Paix a lieu chaque année le 21 Septembre dans le but de reconnaître les efforts entrepris par des individus, organisations et gouvernements pour promouvoir la paix et pour mettre fin aux conflits. À la veille (20 Septembre) de cette journée en 2012, ce briefing explorera le concept de la protection non armée directe des civils ainsi que son apport au maintien de la paix international et national.

Ce briefing fait suite à des consultations et à des séances d'information de haut niveau tenues à New York en début d’année et vise donc à rassembler la communauté de Genève pour prendre part à cettediscussion.

Sujets de discussions

  • Qu'est que lemaintien de la paix civil non armé et pourquoi est-il nécessaire?
  • Dans quels contextesles civils non armés peuvent jouer un rôle dans la protection des civils?
  • Quels sont les instrumentset les stratégies de protection non armée qui ont été mis au point et quels sont les principes directeurs qui sous-tendent leur utilisation?
  • Comment cela marche?
  • Quels sont les exemplespratiques de maintien de la paix civil non armé et quelles leçons en ont été tirées?
  • Dans quels conflits en cours est-ce que le maintien de la paix civil non armé pourrait être appliqué?
  • Qu’est-ce que la communauté Genevoise peut y contribuer ?
  • Comment est-ce que l’architecture du maintien de la paix et de la protection de l'ONU peut-elle faire meilleur usage des groupes de civils formés par les ONG pour la protection non armée dans le contexte de son cadre stratégique intégré?
  • Comment former et renforcer les capacités en maintien de la paix civil non armé au niveau international et national?

Ordre du jour

1230 - 1300   Rencontre informelle et sandwiches.

1300 - 1310   Ouverture du briefing – S.E. M. Manuel B. Dengo, Ambassadeur Représentant permanent de la République du Costa Rica

1310 - 1400   Intervenants et discutants

1400 - 1430   Discussion et débat ouvert au public

1430 - 1450   Réflexions des Missions Permanentes de la Belgique, du Benin, du Costa Rica et des Philippines et clôture du briefing .

Participation et intervenants

La participation est libre. L'événement s'adresse aux experts des Missions Permanentes à Genève, des agences onusiennes et des ONG, des universitaires et des chercheurs, et des Groupes de Réflexion.

Parmi les intervenants figurent des représentants des Nations Unies, de gouvernements et de la société civile ainsi que des universitaires et des praticiens. Plus de détails vous seront communiqués suite à votre inscription.

Le briefing et dialogue se déroulera en anglais.

Information et inscriptions

Veuillez confirmer votre participation avant le 17 Septembre sur le site internet http://www.unitar.org/event/node/69042

Pour tout renseignement, veuillez contacter Dr. Ludwig Gelot.

E-mail : ludwig.gelot@unitar.org  
Téléphone : +41 22 917 8724